Je suis la femme qui a construit la Trump Tower”, scande une manifestante de la Women’s March

Ingénieure, anciennement au service de Donald Trump, Barbara Res a battu le pavé ce samedi à Washington avec des centaines de milliers de citoyens américains.

Parmi les centaines de milliers de femmes qui ont battu le pavé, ce samedi partout dans le monde, pour protester contre le sexisme et la misogynie du 45e président des Etats-Unis, une femme à Washington, emmitouflée dans un duffle-coat rose a attiré notre attention. Elle s’appelle Barbara Res.

Entre ses doigts, une pancarte et ce slogan, loin d’être anodin : “Je suis la femme qui a construit la Trump Tower”. Une photo d’elle, assise dans les échafaudages du chantier accompagne son message. L’image, en noir et blanc, est vieille de 35 ans. Mais elle est hautement symbolique. Car Barbara Res, en temps qu’ingénieure, a codirigé la construction de la Trump Tower, l’édifice new-yorkais aujourd’hui connu dans le monde entier.

Pendant dix-huit ans, dans les années 1980, Barbara Res a côtoyé le flamboyant milliardaire, une expérience qu’elle a raconté dans une autobiographie publiée en 2013, “All Alone on the 68th Floor, How One Woman Changed the Face of Construction”. “Il disait que j’étais une tueuse, que j’allais devenir une ‘donna Trump'”, raconte-t-elle.

Aujourd’hui, elle ne le reconnait plus. Après l’élection du mois de novembre, Barbara Res a publié une lettre ouverte à son ancien employeur. “Cher Donald, félicitations pour cette victoire…”, écrit-elle. Puis elle ajoute :

“Lorsque je travaillais pour toi, tu étais démocrate. Tu as soutenu des femmes fortes comme moi…”

Mais à présent, reconnaît-elle, “c’est difficile de te respecter après tes propos sur les femmes. J’ai toujours clamé que tu t’étais montré respectueux à mon égard. Mais tu dois arrêter de propager l’idée que si une femme est harcelée, elle n’a qu’à quitter son emploi. Si je l’avais fait, je n’aurais jamais pu travailler pour toi. En fait, je n’aurais pu travailler nulle part”.

PHOTOS. De Washington à Sydney, les femmes défilent contre Trump

Autre chose, lui lance-t-elle : “Cesse d’être flippant sur la question de l’égalité des rémunérations. Tu devrais, et peut, créer une commission présidentielle sur les femmes, dirigée par une femme progressiste qui va vraiment étudier les raisons de la disparité salariale. Tu dois t’engager pour amener les femmes vers des boulots non traditionnels, comme l’ingénierie ou la construction”.

Bonnets roses sur la tête, des centaines de milliers de personnes, femmes surtout, ont participé samedi aux Etats-Unis aux “Marches des femmes” organisées pour la défense des droits civiques et contre le président Donald Trump investi la veille. Jamais depuis 40 ans un président des Etats-Unis n’a suscité une telle défiance à sa prise de fonctions.

C.C.

Stay SWITCH for more info….

We appreciate your comments and suggestions!

 

SFMH!

 

Epi Nou Switch!

Be the first to comment

Leave a Reply

Your email address will not be published.